A la une - LA CONJONCTIVITE

LA CONJONCTIVITE

30/04/2020

QU’EST-CE DONC ?

Lorsque la membrane qui recouvre la partie blanche de l’oeil et l’intérieur des paupières (appelée conjonctive) présente une inflammation, on appelle cela une conjonctivite. On la remarque facilement : l’oeil ou même les deux yeux deviennent rouges et ont la fâcheuse tendance à vous démanger. Vous ressentez des picotements et vous notez des écoulements clairs ou purulents.

En d’autres termes : ce n’est pas la grande forme oculaire ! Mais pas de panique, il s’agit d’un phénomène qui touche beaucoup d’entre nous et qui est sans danger pour la vue, s’il n’y a pas de complications.


COMMENT ATTRAPE-T-ON UNE CONJONCTIVITE ?

Elle peut être d’origine allergique, irritative, virale ou, plus rarement, bactérienne. Elle est contagieuse seulement dans les deux derniers cas cités.


  1. La conjonctivite irritative

Dans le monde qui nous entoure, il y a un grand nombre de substances qui pourraient potentiellement créer une réaction conjonctivale si elles venaient à entrer en contact avec l’oeil.

Parmi elles, nous pouvons citer les conservateurs présents dans les produits d’entretien pour les lentilles de contact et dans les collyres (le plus connu étant le chlorure de benzalkonium, utilisé notamment dans les détergents, les antiseptiques et les désinfectants), le shampoing ou encore le chlore.

Ces substances créent des allergies de contact qui touchent généralement les deux yeux. En conséquence du syndrome sec oculaire, le manque de larmes provoque l’irritation de la conjonctive et donc la rougeur des yeux, les douleurs superficielles et la désagréable sensation de grain de sable dans l’oeil. On peut également constater de l’eczéma de contact sur les paupières.


  1. La conjonctivite allergique

Celles et ceux qui ont des allergies peuvent en plus de cela contracter des conjonctivites allergiques si leurs yeux entrent en contact avec des substances allergènes.

Par exemple, une allergie à un animal domestique, les acariens ou encore les pollens sont des facteurs bien connus de ceux qui leur sont allergiques. Et pour cause : ce genre de réaction est très souvent accompagnée de larmes, d’éternuements à répétition et d’écoulements du nez ! Généralement, ces symptômes s’atténuent lorsque vous vous éloignez de la source de votre allergie, lorsque cela est possible.


  1. La conjonctivite virale

C’est la conjonctivite la plus fréquente, en particulier chez les enfants. Elle est contractée par divers virus et touche presque toujours les deux yeux. Elle est souvent accompagnée de sécrétions oculaires claires et limpides. Voici les virus qui peuvent être responsables d’une conjonctivite virale :

  • Les virus des maladies éruptives de l’enfant, très nombreuses, par exemple avec la rougeole ou la rubéole.

  • Les virus très contagieux qui provoquent des épidémies de conjonctivites au sein des collectivités (par exemple, à la garderie) et des communautés. Dans ces cas-là, la conjonctivite accompagne souvent la rhinopharyngite. 

  • Le virus de l’herpès labial qui, lorsqu’il atteint la cornée, peut être responsable d’une conjonctivite. Il est alors possible qu’un seul des deux yeux soit touché.


  1. La conjonctivite bactérienne

Le caractéristique principale de ce dernier type de conjonctivite est l’écoulement de sécrétions purulentes, qui s’ajoute à l’inflammation de la conjonctive. Beaucoup moins fréquente, la conjonctivite bactérienne est contagieuse. Il faut donc prendre des mesures d’hygiène et les appliquer de manière rigoureuse pour ne pas contaminer d’autres personnes :

  • Se laver les mains avant et après s’être toucher les yeux, s’être administrer un collyre antiseptique et/ou antibiotique ou encore avoir utilisé une solution nettoyante ou désinfectante.

  • Effectuer des nettoyages fréquents et abondants

  • Éviter le contact avec les personnes oculairement fragiles ainsi que les enfants


Il existe également une autre forme de conjonctivite que le nouveau-né contracte lors de l’accouchement si la mère est atteinte d’une infection génito-urinaire telle que l’urétrite ou la vaginite, qui sont des maladies sexuellement transmissibles (MST).

Il se peut alors que l’enfant souffre de ce que l’on appelle une conjonctivite à clamydia.